Serez-vous capable de dire qui vous êtes ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il faut bien commençer quelque part... [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amy Robertson
Admin
avatar

IMAGE : A toi de trouver ! =)

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 11/02/2009

INFORMATIONS A PROPOS DE VOUS.
AGE DU PERSONNAGE:: 23 ans
>> RELATIONS DU PERSONNAGE :

MessageSujet: Il faut bien commençer quelque part... [Libre]   Ven 17 Juil - 0:54

      Nous étions un lundi. Ce jour là, le réveil sonna comme tous les matins aux alentours de six heures. J'étais soigneusement allongée dans ma couette chaude et douce à côté duquel mon lapin en peluche bleu et blanc me faisait face. Ma vision était floue, mes membres lourds et engourdis, je ne voulais pas bouger. J'aurais bien apprécié une heure, voir même quelques heures de plus dans ce paradis. Pourtant, j''étais comme ça, une fille qui aimait se coucher tard et donc forcément se lever tard. Le lundi était un des jours des plus compliqués pour moi, bizarrement, j'étais épuisée du week-end et je détestais me dire que la semaine commencée. J'arrivais cependant à penser à autres chose, comme à Neil et June ou d'autres amis ce qui me redonnais le sourire et me forçais un peu plus à me ôter du lit.

      Je me trouvais maintenant debout, les pieds cachés dans mes chaussons. J'entendais ma petite sœur au loin, Justine qui devait sûrement prendre sa douche au premier étage. Elle faisait souvent ça pour m'embêter, comme d'habitude. Je me décidais à marcher et à me vêtir d'un peignoir blanc. En marchant, je sentis les croissants qui chauffés dans le four, un délice. Maman est une bonne cuisinière et elle sait très bien que j'adore ses croissants. J'étais toujours ravie qu'elle pensait à moi. J'aimais qu'elle soit aussi attentionnée et proche avec nous. Comparé à mon peur, ce père qui est parti de sa maison laissant une famille à la rue. Je n'en revenais toujours pas.

      Enfin ma sœur se décida à sortir de la douche me laissant la place pour y accéder. Je me douchais rapidement, il se faisait déjà tard et je voulais absolument gouter à mon petit déjeuner. Je savais très bien que je n'aurais pas le temps de me sécher les cheveux, après tout il allait finir par être secs. Je revenais dans ma chambre où là je m'habillais avec des vêtements que je trouvais sous la main. Je me maquillais un peu ce qui rendait Justine jalouse. Maman trouvait qu'elle était encore un peu jeune, ce qui l'agacer encore plus. Je finis après une demie heure par descendre. J'étais surexcitée, mes muscles étaient à leur meilleurs formes et je n'hésitais pas à courir dans la maison, puis en descendant l'escalier. J'aurais pu me tuer, me casser une jambe mais peut importe, aujourd'hui était un jour nouveau, un jour qui commençait mal comme d'habitude, mais qui finissait toujours agréablement bien.
      J'étais devenue enthousiaste, habillée et maquillée, je me dirigeais, à vive allure dans la cuisine. La table était chaleureuse, le cocao chaud fumé et le soleil avait illuminé la pièce. Je m'installa confortablement, dégustant chaque centimètre de nourriture en compagnie de ma tendre famille.
      Je partis au bout d'un bon quart décidant de traverser le chemin avec ma sœur en direction de mon Université. En effet, je suis une adolescente "spéciale". Je ne suis pas vraiment humaine, je possède un don celui de respirer sous l'eau. Peu de gens connaissent ce don, seuls les élèves de Darkangel. Nous nous faisons appelés les démons, de par, principalement de mes yeux noisettes, le caractère aussi en est pour beaucoup et les expériences émotionnelles. Pourtant, je ne me suis jamais senti différente; j'étais une fille simple, qui aimait sa famille et ne souhaitait qu'une chose: leur bonheur.
      Je restais souvent avec ma sœur, surveillant ses faits et gestes presque comme une marâtre. C'était pour elle, pour sa santé mental, qu'elle ne pense plus à la solitude de ne plus avoir de père... Ces temps durs nous ont endurcis, nous étions à la fois très proches et si seules...

      Je repensais à ces moments tout en marchant, mon coeur avait repris la mélancolie qu'il avait toujours connu; il s'était endurci comme un muscle et le souffle était de moins en moins rythmés, laissant une Amy bouleversée.
      Quelques mètres avant d'arriver devant l'université, Justine avait croisé des amies à elle, me laissant tout à coup seule. Le vent soufflait, doux et mélancolieux. J'avais un peu l'habitude, à force, j'avais choisie cette vie. Ma famille était heureuse, il ne restait plus que moi. Je fis mon apparition dans le hall, qui était vide. Les grands murs blancs paraissaient s'élever au ciel, des grands arbres qui à la fois effrayés et impressionnés. Les grandes baies vitrées illuminaient la pièce sombre, morte. Le carrelage était lisse, brillant presque comme un miroir qui hurlait à chaque frolement de pieds. Un bourdonnement vint à mon oreille; c'était cette fichue horloge qui surplombait le hall. Son ombre était presque aussi énorme qu'elle, ses aiguilles semblaient gracieuses, dansant toutes les secondes et heures sur le vaste cercle d'argent.
      Enfin, je décidais à prendre place sur un banc, on aurait du marbre, il était accordé au carrelage aussi lisse. Cet effet luxueux me plaisait et j'aimais m'assoir sur ce banc. Il était froid et me refroidit sous le coup. Dans le hall, une vingtaine peut être plus d'adolescents se tenaient debout, certains seuls, certains accompagnés de leur amis avec qui ils discutaient sans jamais s'arrêter. Je finis par contempler les alentours plus attentivemen, jusqu'à...

_________________
En cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darkangel.jeunforum.com
 
Il faut bien commençer quelque part... [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Si jamais vous avez une centaine de secondes qui traine quelque part . ^^'
» Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total.
» « Je ne vous aurais pas déjà vu quelque part ? » [Taylor]
» en retard, en retard. j'ai rendez-vous quelque part ! (jin kyung)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
|| DARKANGEL UNIVERSITY || :: UNIVERSITE :: I wait in this hall to see my friends. :: Le hall-
Sauter vers: